San Remo est une ville italienne de la province d’Imperia en Ligurie. Avec ses 56 000 habitants recensés en 2007, San Remo fait partie des quatre principales communes de la Ligurie. Elle est située dans le nord-ouest de l’Italie.

Une situation géographique privilégiée

San Remo est située idéalement dans une baie protégée par deux imposants massifs montagneux. On y retrouve ainsi un climat doux, voir sub-tropical. Les températures se ressemblent tout l’année avec des journées chaudes et des nuits fraiches, de façon à ce que les changements de saisons ne se fassent quasiment pas ressentir. La partie historique, la Pigma, semble accroché aux parois dominé par l’église de la Madonne. L’arrière-pays est consacré à l’agriculture et plus spécialement aux fleurs sous serres. On y retrouvera néanmoins quelques oliveraies abandonnées sur une ou deux collines environnantes. Aujourd’hui, c’est de la culture de fleurs que la ville tire la plus grosse partie de son économie. La partie boisée de l’arrières pays fais partie d’un vaste parc naturel. A l’est de la ville se dresse le hameau de Poggio et à l’ouest celui de Coldirodi. A noter que la ville a reçu, en 2006, le Pavillon Bleu d’Europe pour la qualité de ses services offerts dans son port touristique.

Une histoire peu ordinaire

Comme le montre les restes d’installations humaines du Paléolithique, les hommes ont élues domicile très tôt à San Remo. Mais ce n’est qu’à l’époque romaine que la ville va commencer à connaitre un essor significatif. Au IX siècles, le Saint Orsmida et l’ermite saint Romolo convertisse la population locale. A partir de ce moment, la ville ne cessa d’être attaquée par les sarrasins et la population locale décida de se réfugier dans la montagne. Après ces multiples attaques, la ville fut reconstruite dans les quartiers de la Pigma et de San Siro, près de la côte. Il apparut aussi une muraille et un château afin de prévenir de toutes attaques éventuelles. A partir de ce moment-là, la ville ne cessa de changer de protectorat. Dès 1297, San Remo est vendue à des familles génoises. En 1361, c’est la République de Gênes qui en prend le contrôle. Tout au long du XVI siècles, la ville ne cessa d’être attaque à nouveau par les sarrasins. En 1753, la ville tenta de se rebeller et fut alors construit la citadelle de Santa Tecla, qui fut utilisé comme prison jusqu’en 1997. C’est en 1794 que les troupes napoléoniennes envahirent la ville. La ville changea de main une multitude de fois jusqu’en 1848 où l’Italie en reprit le contrôle. Ces changements attirèrent de nombreux nobles et c’est au début du XX siècle que fut construites des infrastructures plus adaptées à l’élite. On y découvrit ainsi le fameux casino de San Remo mais aussi un terrain de golf, un stade, un hippodrome et bien plus encore. C’est pendant les années trente que la ville a connu son essor grâce au tourisme et développa son économie basée sur la culture de fleurs. Mais alors que la seconde guerre mondiale se fait sentir, les élites commencent lentement à disparaître. Cependant, dès la fin du conflit, San Remo doit faire face à un tourisme de masse.
C’est à la fin des années 60 que le port touristique Portosole est créé, montrant ainsi la volonté de la ville de continuer à se développer. Aujourd’hui, San Remo est en déclin mais la ville souhaite contrer le déclin du tourisme en valorisant les paysages et l’histoire de la ville.

De nombreux lieux à visiter

San Remo offrent une multitude de monuments et lieux historique qui peuvent être visité.
On peut y retrouver une multitude d’églises aux architectures et genres exceptionnelles, allant de l’Art nouveau au baroque en passant par le néoclassique et bien plus encore. Parmi elles se dressent 5 églises majeures. L’église San Siro construite dès le XXII siècle et détruite par des bombardements de la marine anglaise puis reconstruite. Le temple de Notre-Dame de la Côte, aussi appelé la Madonne, est situé sur le sommet de la colline, la Pigna. Elle servit longtemps aux marins comme repérai. L’église Santa Maria degli Angeli est de style baroque et possèdent une multitude de reliques. L’église Santo Stefano, situé place Cassini, renferme des œuvres datant du XVII siècle dont de nombreuses fresques et tableaux. Enfin, la dernière église est l’église russe orthodoxe. Elle rappelle l’influence russe lorsque la noblesse avait choisi San Remo pour les cures hivernales.
San Remo possède également de nombreux palais et villas aux styles très différents. On retrouve le Palais Bellevue qui fut construit entre 1893 et 1894. Servant tout d’abord d’hôtel de luxe pour une clientèle huppées, c’est en 1963 que la ville la racheta en le transformât en hôtel de ville. Le Palais Boreas d’Olmo, quant à lui, se situe près du théâtre Ariston. Bien que ce palais accueille encore aujourd’hui l’un des membres de la famille Borea d’Olmo, il accueille le Musée civique. On peut y découvrir des collections d’archéologies et de peintures exposées dans des salles de style baroques dont la chambre de Pie VII. La Villa Ormond possède un grand parc avec une multitude de plantes exotiques. Racheté par la ville pour accueillir des foires internationales, elle accueille aujourd’hui l’institut international du droit humanitaire. La Villa Nobel et la Villa King ne sont pas situées loin l’une de l’autre. Alors que la Villa Nobel accueil aujourd’hui un musée dédié aux inventions et aux découvertes, la Villa King est actuellement en restauration suite à un incendie.
Mais San Remo possèdent également d’autres lieux touristiques. On y retrouve entre autre le château mais aussi de nombreux parcs et jardins.

Go top